passer le menu
Charpentiers d'Europe et d'ailleurs
imprimer

Rainette, crayon et traceret

Rainette, traceret, mine de plomb Manière de tracer au traceret ou pointe à tracer.

Voici réunis les trois principaux outils de traçage du charpentier préindustriel. Deux d'entre eux étaient contenus dans la caisse de Paul Dubois. La rainette est une lame forgée et trempée, repliée sur elle-même à son extrémité, formant une fine gougeSorte de ciseau creusé en gouttière.. Elle permet de tracer en profondeur des lignes, des traits ou des marques sur les bois, en prélevant un mince copeau. La poignée de la rainette se combine avec un autre outil, le tourne-à-gauche, ou baille-voie, d'un emploi fréquent pour entretenir les lames de scie. La rainette est un outil important symboliquement car c'est lui qui fait parler les bois et donc représente le savoir et l'autorité du charpentier. C'est avec cet outil que le constructeur codifie ses bois et les socialise en quelque sorte. La rainette est utile pour marquer dans n'importe quel contexte de chantier, sur des bois plus ou moins secs et plus ou moins rugueux.
Le crayon à la mine de plomb, emmanché ici dans son étui en laiton, est d'un emploi déjà attesté en 1702 dans la réédition de L’Art de charpenterie de Mathurin Jousse, sous le nom de « pierre noire ». Il permet de tracer les bois selon les même codes qu'avec les autres instruments. Il est cependant d'un emploi malaisé lorsque les bois sont trempés par la pluie.
Le traceret ou pointe à tracer figure ici bien que nous ne l'ayons pas retrouvé dans la caisse de Paul Dubois, comme instrument de traçage très couramment utilisé par ailleurs en France jusqu'au XXe siècle et d'un emploi très pratique sur des bois irréguliers. La pointe du compas a également été utilisée fréquemment pour sa fonction de marquage dans un usage identique.

Médias associés

197
197
197
197
197
5
médias
France, Muidorge
France, Muidorge