passer le menu
Charpentiers d'Europe et d'ailleurs
imprimer

Équerres et compas

Équerres Carte d’invitation portant l’en tête de la corporation des charpentiers. Exposition universelle de 1937.

L'équerre et le compas sont des outils omniprésents dans la symbolique des charpentiers car ils représentent l'accès à la géométrie et à la création dans l'espace. Pour cette raison, ils figurent dans l'iconographie associée à la fonction de maîtrise d'œuvre et de bâtisseur tout comme dans celle d'exécution précise des tracés.

Le grand compas forgé de Paul Dubois remonte probablement au XVIIIe siècle, son exécution est simple mais soignée. Chargé d'une valeur emblématique forte, le compas se transmet donc à sa descendance en même tant que le métier. On comprendra pourquoi ces outils de Paul Dubois paraissent particulièrement anciens.

Curieusement le charpentier français en contexte préindustriel a bien moins souvent recours à l'équerre proprement dite qu'au procédé d'obtention de l'angle droit par application pratique du théorème de Pythagore « 3 4, 5 ». D'autre part sur les bois imparfaits que le charpentier de campagne met en œuvre, il ne peut se fier à aucune face régulière pour prendre appui et tracer un angle droit. De ce fait, sans pour autant devenir un instrument marginal, l'équerre ne joue pas dans la pratique un rôle aussi important que sa fonction symbolique voudrait lui faire jouer. Paul Dubois n'en possédait pas moins plusieurs équerres, fabriquées par ses soins en chêne ou en bois fruitier. Il les utilisait probablement surtout pour faire de la menuiserie.

Médias associés

183
183
183
183
183
183
183
7
médias
France, Muidorge
France, Muidorge