passer le menu
Charpentiers d'Europe et d'ailleurs
imprimer

Maillet en bois et marteaux

Maillet Construction de l'Arche de Noé (détail), XVe s.

Selon une vieille règle de l'art, jamais écrite mais le plus souvent respectée, le charpentier ne doit jamais frapper le bois avec du fer. C'est particulièrement vrai pour les manches d'outils, dont le ciseau à bois. Les coups portés afin de faire pénétrer le ciseau, par exemple pour tailler la mortaiseEntaille faite dans une pièce de bois pour recevoir le tenon d’une autre pièce., sont très énergiques. De ce fait le manche même réalisé en bois dur, ne pourrait résister longtemps à des coups de marteau. Le charpentier utilise donc un maillet en bois dur pour travailler au ciseau, ou pour faire bouger une pièce de bois dont il souhaite ménager la surface. La masse de cet outil est faite dans un bois lourd et peu sujet à la fente, donc au fil emmêlé, comme de l'orme ou du pommier. Il existe des maillets de différentes tailles et poids. Les plus gros deviennent des masses dont le manche est actionné à deux mains.

Les marteaux anciens ne comportent pas d'arrache-clous incorporés comme aujourd'hui. Ils sont de grosseur et de poids variable. Le modèle le plus lourd (1,5 kg) est employé pour frapper les ébauchoirs en fer. La masse en fer ne peut en aucun cas servir à frapper le bois, du fait d'un interdit professionnel lié au contact bois/fer. Le bois est en effet trop mou pour ne pas souffrir de coups portés sur lui. Les marteaux servent plus généralement à enfoncer les clous de fer. Les chevilles de bois le sont à l'aide du maillet de bois.
Le plus marteau est l'œuvre d'un maréchal local : Joseph Gallopin à Maulers (Oise) à qui la famille Dubois commanda souvent des outils et de la taillanderieFabrication des outils et fers tranchants..

Médias associés

229
229
229
229
4
médias
France, Muidorge
France, Muidorge