passer le menu
Charpentiers d'Europe et d'ailleurs
La première hache sert à l’abattage et à l’équarrissage. les deux autres à l’équarissage. Anna suppliant Énée (détail). 1458.

Paul Dubois, comme ses ancêtres, a durant toute sa carrière abattu et travaillé ses arbres à la hache. Il en distinguait deux sortes, qu’il nommait en picard : « ch'cuignie à ébauquer » et « ch'cuignie de taille ».
La première présente un taillant étroit et un long manche et sert autant à abattre les arbres, qu'à entailler l'aubierPartie tendre et blanchâtre qui se forme chaque année entre le bois dur et l’écorce d’un arbre, où circule la sève. et dégrossir le travail lors de l'équarrissage. L'ouvrier travaille seul, debout sur la grumePièce de bois non encore équarrie, couverte de son écorce. au sol. Il réalise des entailles tous les quarante centimètres sur la face à tailler. Les deux autres servent exclusivement à tailler les faces des poutres selon le trait battu au cordeau sur le bois. L'une de ces haches à douille longue est un outil ancien manifestement hérité de ses ancêtres et remonte au moins à la première moitié du XIXe siècle vu le soin apporté à sa fabrication.
La deuxième, à l'emmanchage plus moderne, a été réalisée par le forgeron Joseph Gallopin à Maulers (Oise) vers 1910. C'est donc le père de Paul Dubois qui l'avait commandée à cet artisan proche de son village. Pour ces deux haches à équarrir, le manche court et droit est en frêne, le poids de l'outil est aux alentours de 2 kg. L'affûtage du fer est à deux biseaux.

Médias associés

151
151
151
151
151
151
151
7
médias
France, Muidorge
France, Muidorge