passer le menu
Charpentiers d'Europe et d'ailleurs
imprimer

Diversité des haches à équarrir

Hache à un biseau, taillandier Denizot Quelques exemples de haches de charpentier de provenance bien localisée.

Les outils anciens des charpentiers en France sont assez mal connus. En particulier, la diversité des formes, et, a fortiori, leur datation n'a encore jamais fait l'objet d'une étude de synthèse.
J.-J. Storck, dans son Dictionnaire pratique de menuiserie, ébenisterie, charpente, Paris, J.-J. Storck 1901, donnait la définition suivante : « Doler un bois, c'est le planer, le polir, le dresser avec la doloire. La doloire, dont le synonyme est épaule de mouton, est une hache plus ou moins large à un seul biseau dont on se sert pour planer les faces des bois à équarrir ».
La réalité est plus complexe, car on se rend compte que selon les régions et les pays, les charpentiers dolent, c'est-à-dire équarrissent avec des outils très variés, de formes et d'appellations. Ces haches sont à manches court ou long, à taillant plus ou moins large, à affûtage à un ou deux biseaux, à fer déporté sur la droite, sur la gauche, ou pas du tout déporté.
L'interprétation de ces variations, en particulier par Paul Feller(1913-1979) Homme d'église, pédagogue et chercheur, spécialiste des techniques et de l'outillage préindustriel, il est le fondateur de la Maison de l'outil et de la pensée ouvrière à Troyes., un grand connaisseur du monde des outils, privilégiait un dialogue individuel entre client et fabricant d'outil. La forme, le poids et le style propre à chaque outil serait le fruit d'une expérience propre à chaque charpentier avec le taillandier de son choix. C'est certainement exact dans un contexte ancien où les rapports personnels étaient très développés, et où chaque fabrication relativement unique.
Il y a toutefois lieu de prendre en compte des données culturelles et régionales.

Il existe bien des formes propres à telle ou telle région, même si elles restent encore mal connues.

Le centre de la France, de culture occitane, a clairement développé une hache dite bigeoire, dont les formes se repèrent aisément. Les régions proches de l'Allemagne sont longtemps restées fidèles à la BreitbeilDoloire de tradition allemande. à un seul biseau. Le nord de la France a eu une longue préférence pour la hache à douille longue et taillant cintré, bien repérable dans l'iconographie médiévale de l'époque gothique. Bien sûr, les formes voyagent, c'est ce qui rend encore un peu plus compliquée leur interprétation. Des travailleurs immigrés ont à différentes époques enrichi la France de leur culture technique.
On a réuni ici quelques spécimens bien documentés, généralement non datés, comme témoignant de leur rapport à leur lieu de fabrication et/ou d'utilisation. Ils ne permettent pas d'établir une typologie, mais sont une simple indication de tendance.

Médias associés

278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
278
31
médias
France, Espagne, Croatie, Pays scandinaves, Italie
France, Espagne, Croatie, Pays scandinaves, Italie