passer le menu
Charpentiers d'Europe et d'ailleurs
imprimer

Mourad Manesse, charpentier en Isère : autoportrait

Mourad Manesse équarrit directement les troncs d’arbres à la hache Taillage d’une ferme en châtaignier et  en mélèze sur un chantier à Voreppe en Isère

« Je suis né le 21 août 1980, à Paris. À quinze ans, pause nécessaire dans ma scolarité, je suis accueilli pendant cinq mois par un charpentier de marine dans le nord de la Bretagne, et j’y travaille comme apprenti (non déclaré). Je reprends finalement le lycée mais je retournerai passer quelques mois en Bretagne les étés suivants entre chantiers navals, vacances au port, et navigation.
Bac sciences.
Une année et demie à l’École de Marine marchande entre Marseille et Le Havre.
Trois ans de DEUG en maths à Marseille.
6 mois de tournage de pouces.
Début d'apprentissage en menuiserie (15 jours à poser des volets et fenêtres PVC) arrêté rapidement.
Tentative de rentrer dans une formation pour adultes en charpente. Suite à des négligences (voire...) administratives, deux sessions me passent sous le nez. Entre-temps je décide de me faire embaucher dans une entreprise de charpente. J'y travaille quatre mois. À côté, j'étudie la charpente dans les livres, en vue de passer le CAP .

« J’ai principalement appris par la pratique, en voyant des gens, et par les livres pour ce qui est théorie de la charpente. »

Après la naissance de ma première fille, je suis ouvrier boulanger bio quelques mois.
Des connaissances cherchent un charpentier pour construire une petite maison en matériaux écologiques. Je propose mes services, et à la même époque, je rencontre un menuisier charpentier qui travaille sans machines. Je me rends compte que c'est vraiment quelque chose proche de ma nature. Chez lui, je trouve aussi un livre d'un certain François Calame, dont la rencontre un peu plus tard sera un autre catalyseur, tout ça me décide à envisager un premier chantier "à l'ancienne". Si j'avais déjà imaginé une telle chose auparavant, j'ai alors le sentiment que c'est à ma portée et j'enquête pour découvrir des techniques, participe à quelques petits chantiers. Je passe un an à construire tout à la main une ossature atypique qui emprunte aux différentes traditions du pan de bois. Je fais quelques petites réalisations à côté. Ce sera ma véritable école en la matière.
Fort de cette expérience, je rejoins Cabestan, une structure grenobloise me permettant rapidement de travailler à mon compte. Il s'agit d'une coopérative d'activités, une entreprise spécialisée dans le bâtiment dont tous les salariés sont associés mais travaillent en indépendants. Les services de comptabilité, d'assurances ou autres sont mutualisés, mais la comptabilité est différenciée pour que chaque entrepreneur salarié se paye en fonction du chiffre de son activité. Cette entreprise, sous certaines conditions d'évaluation de mes compétences, a accepté que j'exerce en son nom malgré mon manque de diplômes. Au regard de mon parcours et du caractère marginal de la charpente que je pratique, c'est une bonne solution.
Aujourd'hui je démarre donc, entrepreneur en charpente avec un premier chantier en train de se terminer, et dans l'attente de la suite. »

Médias associés

65
65
65
65
4
médias
Isère, France
Isère, France