passer le menu
Charpentiers d'Europe et d'ailleurs
imprimer

Jean-Louis Valentin, maître charpentier champenois

Jean-Louis Valentin Cérémonie de la Saint-Joseph à Paris : les compagnons présentent leurs chefs-d'œuvre au curé de l’église Saint-Gervais.

Né en 1942, Jean-Louis Valentin est une figure emblématique du compagnonnage français contemporain. Petit-fils d'un charpentier-scieur de long berrichon, il rentre,CAP de charpentier en poche, comme stagiaire à l'Association ouvrière des compagnons du Devoir en 1959. Sa première embauche à Lyon est chez le Compagnon Despierre, Lyonnais le Bon Cœur, qui restera son maître incontesté. Il y passe ses quinze premiers jours à pleurer tant le travail est intense, il n'a alors que 17 ans. Il doit patienter jusqu'à l'hiver 60-61 pour être admis à tailler, c'est-à-dire à préparer à Toulouse son travail d'adoptionOuvrage permettant à un jeune charpentier de démontrer sa motivation et sa compétence pour pouvoir être adopté comme aspirant sur le Tour de France. sur le Tour de France.

« Je porte aujourd'hui le nom de Champagne la Persévérance, compagnon passant charpentier du Devoir, bon drille du Tour de France »

Son étape suivante est Marseille où il effectue à pied le pèlerinage traditionnel à la Sainte-Baume et sert la messe avec les moines dominicains. Puis il parvient à Bordeaux en 1962. C'est l'année du service militaire. Retour vers le compagnonnage par Strasbourg puis Paris en 1965, il est reçu compagnon, sous le nom de Champagne la Persévérance. Son travail de réceptionOuvrage d'une grande complexité technique permettant à un aspirant sur le Tour de France d'être reçu compagnon., pièce imposante réalisée avec trois autres aspirants, est une « rampe d'escalier à l'échelle ½ de la hauteur d'un étage comportant en plan trois points de centres différents ». Le Tour de France continue avec une étape à Angers où il assume sa première responsabilité de Compagnon comme responsable des cours aux autres itinérants. Passionné de trait de charpenteEnsemble des procédés graphiques qui permettent la réalisation des épures, à partir desquelles sont taillées les pièces de charpente. et de géométrie, il lui arrive à l'époque de passer des nuits entières sur des planches de tracé. Sa dernière ville d'itinérant sera Tours, où il occupe la fonction de rôleur, c'est-à-dire responsable de tout ce qui concerne le corps de métier des charpentiers dans cette ville. Il y travaille aussi à la création du musée du Compagnonnage avec Roger Lecotté(1899-1991) Chercheur et muséographe français, fondateur du musée du Compagnonnage à Tours. et Georges-Henri Rivière(1897-1985) Ethnographe et muséologue, il fut l’initiateur de vastes enquêtes collectives multidisciplinaires, et le créateur du musée de l’Homme, du musée des Arts et Traditions populaires du Trocadéro en 1937, ainsi que de sa refonte dans les années 60..

Sédentaire à Tours de 1966 à 1969, Jean-Louis Valentin est chef de travaux à l'entreprise Poutier. Il rentre dans sa ville natale à Troyes en 69 et fonde son entreprise, dans laquelle il travaille d'abord seul, aidé par son père Louis et effectue alors tous ses levages à la chèvreAppareil de levage constitué le plus souvent de poutres disposées en pyramide triangulaire dont le sommet soutient une poulie manœuvrée à l’aide d’un treuil.. Il se spécialise dans le travail du pan de bois et effectue les restaurations de nombreuses maisons du centre historique de Troyes. Parallèlement, Jean Louis Valentin mène une carrière d'architecte et d'enseignant en architecture. Il réalise plusieurs ouvrages sur la construction en bois. L'entreprise Valentin à Ruvigny (Aube) compte aujourd'hui 25 salariés et continue d'accueillir des jeunes sur le Tour de France.

Médias associés

870
870
870
870
870
870
870
870
870
870
10
médias
Troyes, France
Troyes, France