passer le menu
Charpentiers d'Europe et d'ailleurs
imprimer

Rencontres de charpentiers

Rencontre de charpentiers Rencontre de charpentiers

Dans de nombreux pays d'Europe et notamment la France, la mécanisation des techniques du bâtiment au cours du XXe siècle, a fait passer la charpente en bois à une place secondaire.
En France, ce mouvement est engagé dès le XVIIIe siècle où l'architecture à la mode « à la parisienne » est en pierre. Les modèles en sont véhiculés par les architectes formés à l'Académie royale d'architecture.
Au XIXe et XXe siècles, la fabrication industrielle des briques, du ciment, le développement des transports bousculent les pratiques de construction locales. Le savoir de l'ingénieur tend à rationaliser les calculs et réduire les quantités de bois employées.
Le rôle du charpentier notamment en France diminue considérablement tout au long du XXe siècle. Le mode de transformation, de taille et de tracés du bois laisse de plus en plus place à la machine et à l'automatisation des procédures.

Se met en place un réseau d'échange et de formation de gens de métiers par delà les frontières.

À la fin des années 60 cependant, avec la prise de conscience écologique va apparaître une mutation dans les mentalités. Les matériaux dits « naturels et traditionnels », transformés artisanalement vont progressivement revenir à la mode. La redécouverte des techniques manuelles et de l'architecture non industrielle entraîne une patrimonialisation du savoir du charpentier.
Dans les pays ex-communistes, certains artisanats ruraux ont parfois pu se maintenir à l'écart des effets désastreux d'un modernisme souvent niveleur, comme en Roumanie. Dans d'autres pays sous dictature, le retour aux savoirs anciens a pu représenter une forme de lutte à caractère politique contre les effets aliénants du système, par exemple en Allemagne de l'Est ou en Tchécoslovaquie.
Dans de nombreux pays occidentaux aujourd'hui, des groupes organisent régulièrement des rencontres et des formations. On trouvera ici des éléments sur le rôle joué par la Carpenters’ Fellowship en Grande-Bretagne, la Timberframers Guild en Amérique du Nord, l'atelier Ars Tignaria, en Tchéquie ou l'école Dacapo en Suède.

Ces activités sont parfois, mais pas toujours, soutenues par les pouvoirs publics. Un volet économique de plus en plus sérieux se développe autour de ces savoirs et de ces filières. Ainsi en Grande Bretagne des trusts se sont constitués autour de l'exploitation des bois de taillis en associant activités sociales, environnementales et artisanales (Greenwood Trust).
Les supports de communications électroniques jouent un rôle important dans la constitution de véritables réseaux d'échanges au niveau international. Curieusement se met en place un réseau d'échange et de formation de gens de métiers par delà les frontières, un peu à la manière dont fonctionnait au Moyen Âge la transmission des savoirs du bâti à l'époque des grands courants monastiques.

Médias associés

808
808
808
808
808
5
médias
Allemagne, France, République tchèque, Royaume-Uni, Roumanie, Suède
Allemagne, France, République tchèque, Royaume-Uni, Roumanie, Suède