passer le menu
Charpentiers d'Europe et d'ailleurs
Taille d'un tenon à la bisaiguë par un charpentier picard, Roland Doré, Auchy-la-Montagne (Oise), 1986.  Le charpentier picard Fortuné Decaux et ses ouvriers taillent les bois après les avoir présentés sur l'épure, Auneuil (Oise) 191

Tailler est le geste du charpentier par excellence, c'est par cette action qu'il donne de façon irréversible un sens à la pièce de bois qu'il met longuement en œuvre tout au long du chantier.
Tailler est un terme générique qui s'applique aussi bien au façonnage des troncs d'arbre, qu'à la réalisation d'assemblages ou à la conception générale d'un ouvrage de charpente. On dit par exemple aussi bien tailler un tenonPartie saillante, à l’extrémité d’une pièce, destinée à s’ajuster dans une partie creuse correspondante (mortaise). et une mortaiseEntaille faite dans une pièce de bois pour recevoir le tenon d’une autre pièce., que tailler une poutre ou encore qu'un aspirant charpentier sur le Tour de France taille pour sa réception comme compagnon.
Après l'important travail de traçage qui nécessite beaucoup de précision ou bien une grande dextérité liée à l'habitude, le charpentier taille les assemblages essentiellement à l'aide d'outils à main. Les scies égoïnes ou à cadre permettent de couper selon les lignes d'arasement, c'est-à-dire celles qui marquent l'interface entre les bois. Les tenons peuvent être dégagés à la scie à refendre ou de long lorsque le bois est noueux et que l'on craint un éclatement. Si le bois est bien de fil, on peut éclater les deux côtés d'un tenonPartie saillante, à l’extrémité d’une pièce, destinée à s’ajuster dans une partie creuse correspondante (mortaise). au ciseau après avoir scié l'arasementCoup de scie donné transversalement à la naissance d'un tenon pour enlever le bois restant et former un épaulement..

Tailler est le geste du charpentier par excellence.

En France, les mortaises sont dégrossies à la tarière, puis vidées au ciseau à bois, au piochon ou à la bisaiguë.
Au XVe siècle, l'examen de charpentes soignées encore en place montre que les charpentiers allaient jusqu'à raboter les surfaces des bois, ainsi que les faces internes des assemblages pour obtenir une finition parfaite dans les assemblages. Aux XIX et XXe siècles la qualité des assemblages est souvent plus approximative, le charpentier se contentant de tailler à la bisaiguëOutil double de charpentier à manche perpendiculaire comportant un ciseau d'un côté et un bédane de l'autre..
La nature des assemblages varie selon le type de travail que l'on souhaite leur voir supporter. La cheville de bois ne doit guère travailler en traction, sauf pour donner de la tire, c'est-à-dire assurer un placage parfait au contact entre la partie mortaiseEntaille faite dans une pièce de bois pour recevoir le tenon d’une autre pièce. et la partie tenonPartie saillante, à l’extrémité d’une pièce, destinée à s’ajuster dans une partie creuse correspondante (mortaise).. Les traits de Jupiter avec clefs, s'ils sont parfaitement exécutés, peuvent reprendre d'importantes charges en traction, comme en témoignent de très anciens entraits simplement chevillés sans renforts métalliques.

Médias associés

549
549
549
549
549
549
549
549
8
médias
France, Roumanie
France, Roumanie